44 morts dans une bousculade géante en Israël, “l’une des plus graves catastrophes” de l’histoire du pays, selon Netanyahou – LCI

Spread the love
  • Yum

CATASTROPHE – Dans la nuit de jeudi à vendredi, au moins 44 personnes sont mortes dans une gigantesque bousculade lors d’une fête religieuse au nord du pays. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est arrivé sur place en fin de matinée.

Une catastrophe d’une ampleur jamais observée dans le pays. Dans la nuit de jeudi à vendredi, au moins 44 personnes sont mortes dans une bousculade géante lors d’un pèlerinage juif orthodoxe dans le nord d’Israël. C’était le plus gros rassemblement depuis le début de la pandémie de Covid-19, il y a plus d’un an. 

Au fur et à mesure de la nuit le bilan s’est alourdi, les secouristes et des sources médicales le passant de 20 blessés à des “dizaines” de morts, puis au moins 44 morts à l’issue de cette tragédie survenue au mont Méron, dans le nord d’Israël. Le Magen David Adom, équivalent de la Croix-Rouge en Israël, rapporte par ailleurs dans un communiqué avoir pris en charge 150 blessés durant la nuit, dont six dans un état critique. La chaîne de télévision israélienne Kan, fait de son côté état de 18 personnes dans un état “préoccupant”. “Les gens étaient empilés les uns sur les autres”, a raconté Rubi Hammerschlag, journaliste de Kan, ajoutant qu’ils “s’écrasaient les uns les autres”.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est arrivé sur place en fin de matinée. Il a déclaré qu’il s’agissait de “l’une des plus graves catastrophes” de l’histoire d’Israël.

Les circonstances du drame encore incertaines

Des images relayées sur les réseaux sociaux montrent une foule compacte, bloquée dans un sinueux passage. Des hommes semblent déjà y avoir perdu connaissance et gésir au sol, tandis que des cris paniqués s’élèvent.

Les circonstances exactes ayant mené aux scènes de cohues ne sont pas claires ce vendredi. Selon les premières informations, rapportées par le Times of Israël, des gradins se sont effondrés. Une vidéo des célébrations montre des dizaines de milliers de personnes, dansant et sautant sur les gradins au son de la musique.

La police ne les laissait pas sortir donc ils ont commencé à être serrés les uns contre les autres, puis à s’écraser mutuellement.– Un témoin interviewé par l’AFP

Le Magen David Adom, une Société nationale de la Croix-Rouge, a ensuite affirmé que le drame avait été causé par un mouvement de foule dû à un trop grand nombre de participants. Ce que semble confirmer à l’AFP Shmuel, témoin du drame âgé de 18 ans. “La police est arrivée (…) et a décidé de fermer” la rampe de sortie d’un des feux de joie très bondé, raconte-t-il. “Davantage de gens sont arrivés, de plus en plus, de l’intérieur et des côtés. (…) La police ne les laissait pas sortir donc ils ont commencé à être serrés les uns contre les autres, puis à s’écraser mutuellement”, poursuit-il. “La police n’a pas rouvert (la barrière) jusqu’à ce qu’elle se casse et toute la foule a explosé sur les côtés. Des dizaines de personnes sont mortes écrasées, c’est une catastrophe.”

Lors d’une conférence de presse, Shimon Lavi, commandant de la police du district nord, qui a supervisé les dispositions en matière de sécurité a déclaré assumer “la responsabilité globale, pour le meilleur et pour le pire”. Une enquête a été ouverte ce vendredi sur une possible négligence de la part de la police, à la demande du ministère de la Justice, rapporte Times of Israël. Selon le quotidien, certains avaient mis en garde dès 2018 contre la survenue d’un tel incident, alors qu’une bousculade lors d’un enterrement au mont Méron avait déjà fait un mort et des blessés en 2015. Le journaliste ultra-orthodoxe Arye Erlich avait alors conseillé d’élargir l’étroit goulot d’étranglement qui est actuellement la seule sortie de l’enceinte du site de Meron.

De loin de l’un des pires désastres qu’ait connu United Hatzalah.– United Hatzalah, un réseau de secouristes bénévoles

Un secouriste sur place, Yehuda Gottleib, œuvrant pour la United Hatzalah, un réseau de secouristes bénévoles, a dit avoir vu des hommes être “écrasés” et “perdre conscience”. Dans une déclaration vidéo publiée sur Twitter vers 3h du matin, le vice président des opérations, Dov Maisel, affirme qu’il s’agit “de loin de l’un des pires désastres qu’ait connu United Hatzalah”. “Énormément de personnes ont été touchées, blessées, et sont mortes ici”, affirme-t-il. Le Times of Israël, lui, évoque “l’une des pires tragédies en temps de paix de l’histoire d’Israël”.

Après minuit, les appels d’urgence aux secouristes se sont multipliés. Des dizaines d’ambulances ont été dépêchées sur place pour évacuer des corps et des blessés, que des secouristes ont indiqué avoir peiné à atteindre à cause de la foule. Six hélicoptères ont aussi été déployés afin d’évacuer les victimes dans des hôpitaux de Safed et Nahariya, deux villes du nord du pays. A Safed, un journaliste de l’AFP rapporte avoir des blessés transférés par hélicoptère vers Jérusalem et Tel-Aviv, où des funérailles sont attendues plus tard ce vendredi.

Plusieurs hôpitaux ont ouvert des lignes téléphoniques à disposition des familles pour retrouver d’éventuelles victimes. Galilée : (+972) 4-9850505, Ziv : (+972) 4-6828838 et Poriya : (+972) 4-6652211.

Entre 10.000 et 100.000 personnes sur place

Le pèlerinage, qui a lieu à l’occasion de la fête juive de Lag Baomer, se tenait à Méron, autour du tombeau présumé de Rabbi Shimon Bar Yochaï, un talmudiste du IIe siècle de l’ère chrétienne auquel on attribue la rédaction du Zohar, ouvrage central de la mystique juive. Lag Baomer est une fête joyeuse marquant de surcroît le souvenir de la fin d’une épidémie dévastatrice parmi les élèves d’une école talmudique à cette époque.

Les autorités avaient permis la présence de 10.000 personnes dans l’enceinte du tombeau mais, selon les organisateurs, plus de 650 bus ont été affrétés dans tout le pays, soit au minimum 30.000 personnes, tandis que la presse locale faisait état de 100.000 personnes sur place.

Lire aussi

“Énorme désastre”

“Énorme désastre au Mont Méron”, a tweeté en hébreu dans la nuit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, appelant la population à “prier pour sauver les blessés”. “Israël tout entier prie pour la guérison des survivants”, a renchéri le chef de l’opposition Yaïr Lapid, disant suivre avec “anxiété” l’évolution de la situation.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a souhaité sur Twitter “force et courage” au peuple israélien “pour traverser ces temps difficiles”.

De leur côté, l’Union européenne et la France ont exprimé leurs “condoléances” aux proches des victimes et à la population, souhaitant “un prompt rétablissement aux personnes blessées”.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT – Les plus de 50 ans le 15 mai, les plus de 18 ans le 15 juin… Macron précise le calendrier vaccinal

Déconfinement : huit phrases à retenir de l’interview d’Emmanuel Macron à la presse régionale

Déconfinement : quels départements risquent d’en être exclus ? Consultez la carte

“C’est surréaliste” : asphyxiée par le Covid-19, l’Inde s’enfonce dans le chaos

3 mai, 19 mai, 9 juin, 30 juin… Macron fixe les quatre dates-clés du déconfinement

Leave a Reply

%d bloggers like this: