3e confinement : ce que l’interdiction des déplacements interrégionaux peut signifier pour les Alpes-Maritimes – France 3 Régions

Spread the love
  • Yum

A partir de ce vendredi 19 mars minuit et pour quatre semaines les Alpes-Maritimes vivront leur 3e confinement. Dans ce cadre, “les déplacements interrégionaux seront interdits sauf motifs impérieux ou professionnels”. Concrètement à quoi faut-il s’attendre ?

La carte de France publiée par le gouvernement parle d’elle-même. Concernés par ce 3ème confinement, un ensemble compact regroupant les départements des Hauts-de-France et de l’Île-de-France, l’Eure et la Seine-Maritime.

Et, en-bas à droite, seules, les Alpes-Maritimes.

Interdiction des déplacements… interdépartementaux ?

On comprend aisément que la mesure d'”interdiction de déplacements interrégionaux” annoncée ce jeudi 18 mars par le Premier ministre Jean Castex n’a pas la même raisonnance dans notre département.

Seul le décret officialisant les nouvelles mesures de restrictions, attendu dans les prochaines heures, éclaircira cette annonce. La Préfecture des Alpes-Maritimes elle-même se dit ce vendredi après-midi “en attente des directives nationales”.

En attendant, si à partir de ce vendredi soir minuit les habitants de l’Eure pourront vraisemblablement toujours se rendre dans le département voisin de Seine-Maritime lui-aussi confiné, il apparaît clairement que les limites du département des Alpes-Maritimes deviendront infranchissables pour sa population… “sauf motifs impérieux ou professionnels”.

Motifs impérieux ou professionnels

La liste des motifs impérieux de ce nouveau confinement n’a pas encore été communiquée. Mais, sur son site, le gouvernement précise :

Un motif familial impérieux correspond à une situation manifestement nourrie d’urgence ou de gravité qui nécessite de se déplacer sans délai pour y répondre.

Les raisons de santé, d’aide à personne vulnérable, décès d’un proche, devraient donc pouvoir justifier une sortie du département, en plus de tout déplacement professionnel.

En revanche, mieux vaut faire une croix sur un séjour de vacances dans le Var ou plus loin. Un déménagement dans un autre département sera-t-il possible dans les quatre prochaines semaines ? Cela fait partie des questions en suspend.

Quoi qu’il en soit, les personnes qui ne pourront justifier d’un motif valable s’exposeront comme avant à une amende de 135 euros la première fois, 200 en cas de récidive dans les 15 jours et 3750 euros ainsi que six mois d’emprisonnement en cas de seconde récidive.

Billets de train remboursables sans frais

Côté transports, statu-quo pour l’instant. Sur son site la compagnie Air France précise que “pour vous déplacer sur le territoire français en période de restrictions, vous devez présenter une attestation de déplacement dérogatoire ainsi que votre billet d’avion”. S’il vous faut vous rendre en Corse au départ de Nice, il vous faudra donc vous munir, en plus, d’un test PCR négatif de moins de 72 heures comme depuis début février, et d’une pièce justifiant votre motif de déplacement, impérieux, ou professionnel…

De son côté, la SNCF précise que tous les billets TGV Inoui, Ouigo, Intercités et TER en correspondance seront échangeables et remboursables sans frais jusqu’au dernier moment, et ce jusqu’au 19 avril, pour tenir compte des mesures gouvernementales. Tous ces trains circuleront normalement ce week-end et jusqu’au mercredi 24 mars…

En gare d'Antibes dans les Alpes-Maritimes ce vendredi 19 mars.

En gare d’Antibes dans les Alpes-Maritimes ce vendredi 19 mars. © Anne Le Hars FTV

La compagnie affirme que les réservations dans les trains ont augmenté de 20% pour des départs ce week-end. Au départ de Paris, les destinations recherchées sont Bordeaux, Lyon, Marseille, Rennes ou Nantes.

Une nouvelle vague de départs de “veille de confinement”, qui ne profitera certainement pas aux Alpes-Maritimes cette fois-ci.

Leave a Reply

%d bloggers like this: