Test du Elephone S7 : faut-il y voir la copie du Galaxy S7 de Samsung ?

L’Elephone S7 est un smartphone qui ressemble beaucoup aux derniers nés de Samsung. On le trouve à moins de 250 euros, même sous les 170 euros. Nous avons pris le risque de l’importer de Chine pour vous livrer un test tout chaud et nos impressions.

Nous avons enfin reçu le S7 à la rédaction. Nous l’attendions vraiment avec impatience, car nous avions hâte de le découvrir. Je suppose que certains d’entre vous haussent un sourcil interrogateur à la lecture de ces premiers. Le Galaxy S7 de Samsung est sorti depuis tellement longtemps que l’on ne parle déjà plus que de son successeur, le Galaxy S8. Or, ce test ne concerne pas le dernier flagship (non-explosif, j’entends) du géant sud-coréen. Non, le S7 auquel nous allons nous intéresser aujourd’hui nous vient de Chine.

Nous parlons évidemment de l’Elephone S7. La marque comme le produit sont inconnus au bataillon pour la majeure partie des consommateurs européens. Globalement, le smartphone est assez modeste, mais il dispose tout de même de quelques qualités qui pourraient plaire à certains d’entre eux, surtout à ce prix.

 Fiche technique

Modèle Elephone S7
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Taille d'écran 5,5 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Densité de pixels 401 ppp
SoC Helio X20 à 2GHz
Puce Graphique (GPU) Mali-T880
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 16 Go, 32 Go, 64 Go
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 5 Mégapixels
Wi-Fi Oui
Réseaux LTE, WCDMA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz, 800 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz
NFC Non
Ports (entrées/sorties) microUSB
Batterie 3000 mAh
Dimensions 150,4 x 73,2 x 7,6 mm
Poids 148 grammes
Prix 170 euros
Fiche produit

 

Un design très élégant

Avant de recevoir l’Elephone S7, je suis forcément allé regarder des images sur le web qui présentaient le produit. Sans surprise, les press shot subliment l’apparence de l’objet et ne suffisent pas à se faire une idée sur son design. C’est pourquoi, en ouvrant le colis arrivé dans nos locaux, je n’étais pas débarrassé de mes appréhensions et de mes a priori.

Or, le smartphone m’a agréablement surpris. Comme son nom le laisse entendre, il a quelques similitudes avec le Galaxy S7, tout particulièrement au niveau de l’emplacement des antennes, de parts et d’autres des tranches supérieures et inférieures. À première vue, cet Elephone pourrait tromper un utilisateur non averti.

L’appareil est plutôt agréable à avoir en main. Mais surtout, il est vraiment très élégant, notamment dans la version noire que nous avons testée. L’écran donne faussement l’impression d’être sans bordure sur ses flancs et les angles sont bien arrondis. Quant aux côtes du téléphone, elles ne se sont pas parfaitement biseautées, mais elles ne sont pas inconfortables non plus. L’Elephone S7 réussit, sur ce plan-là, à trouver un équilibre satisfaisant.

Ce qui m’a notamment marqué personnellement, c’est le fait que le terminal semblait assez épais et lourd. Cependant, au vu de sa fiche technique, son épaisseur se situe dans la moyenne avec 7,6 mm. Idem pour son poids de 148 grammes. Difficile d’expliquer ce ressenti. Notons tout de même qu’il ne s’agit que d’un défaut très mineur, qui ne gâche quasiment pas les bons points du produit. L’Elephone S7 est loin d’être un pachyderme.

Là où le bât blesse vraiment, c’est sur le dos unibody en plastique (qui donne une vraie sensation de verre en main). En le sortant de la boîte, on ne voit pas tout de suite ses défauts, mais à force d’être utilisé, l’Elephone S7 marque beaucoup trop les traces de doigts et, surtout se raye très facilement. En effet, simplement en le mettant dans ma poche (sans mes clés), sur mon bureau ou sur ma table de chevet, de petites lignes disgracieuses sont apparues. C’est plutôt dommage.

Côté boutons, vous ne trouverez qu’une seule touche capacitive légèrement renfoncée, sur la face avant. Celle-ci regroupe toutes les actions de navigation (Accueil, Retour, Multitâches) en fonction du geste que l’on effectue. Elle fait également office de lecteur d’empreintes, mais s’avère quelques fois laborieuse dans l’accomplissement de cette tâche. Nous y reviendrons plus tard dans la partie « Logiciel » de ce test. Sur la tranche droite du S7 se trouvent les contrôles du volume et le bouton de verrouillage.

Enfin, les deux haut-parleurs se situent en bas, aux côtés du port micro-USB, quand l’entrée jack 3,5 mm se trouve au-dessus.

Un écran lamentable, mais réglable

En allumant l’écran de 5,5 pouces Full HD IPS du smartphone pour la première fois, quelque chose m’a instantanément dérangé. J’ai assez rapidement fini par comprendre que c’était le contraste catastrophique qui provoquait cette sensation désagréable pour les yeux. Celui-ci est en effet de 861:1. C’est bien trop bas pour être satisfaisant, le seuil acceptable se situant à environ 1 000:1.

Ce détail est aggravé par la température des couleurs totalement faussée. Elle dépasse, tenez-vous bien, 10 500°K. Concrètement, le rouge est inexistant sur cet écran, totalement submergé par le bleu, froid. Pour rappel, la température idéale se situe à 6 500°K et la moyenne est entre 7 000 et 7 500°K dans le marché du mobile.

La luminosité maximale quant à elle, est seulement de 285 cd/m2. J’ai donc été loin d’être ébloui par l’écran, néanmoins, en forte luminosité, je n’ai pas éprouvé trop de souci à distinguer ce qui était affiché. Heureusement, nous l’avons testé en pleine hiver (il fait trop froid pour sortir et être ébloui par le soleil).

Sur le papier, l’écran est donc vraiment très mauvais. Fort heureusement, l’option MiraVision permet de régler efficacement les gros défauts de l’appareil à ce niveau-là. Grâce à cette fonctionnalité fort pratique, vous pouvez corriger manuellement plusieurs paramètres tels que le contraste, la saturation ou encore la température des couleurs.

Une interface astucieuse

L’Elephone S7 tourne sous Android 6.0 Marshmallow. En termes d’interface, contrairement à d’autres marques chinoises telles que Huawei, Honor ou Xiaomi, le terminal qui nous intéresse aujourd’hui propose, par défaut, un tiroir d’applications. À l’intérieur de celui-ci, la navigation se fait latéralement et non de haut en bas. Vous pouvez, bien entendu, changer votre launcher sur Android (heureusement).

Le panneau de notifications très classique pour un système Android. On note toutefois l’impossibilité de personnaliser la barre de raccourcis. Il faudra composer avec ceux qui sont fournis de base.

Détail important : en dehors de Google Maps, vous ne trouverez pas non plus la suite d’applications Google que beaucoup de fabricants installent par défaut. Lesdites applications de la firme de Mountain View sont même impossibles à désinstaller dans ces cas-là. Ainsi, sur l’Elephone S7, vous devrez installer vous-même ces services si vous ne pouvez pas vous passer de Gmail, YouTube, Drive ou encore Chrome. À l’inverse, si vous ne vous en servez pas, cela vous débarrasse de fonctionnalités inutiles pour vous. Il faudra faire attention à ne pas avoir reçu un appareil vérolé, cela nous est déjà arrivé avec un produit Xiaomi (dans ce cas, ré-installez Android).

Comme mentionné plus haut dans cet article, la navigation par défaut sur ce téléphone se fait entièrement via un seul et unique bouton, à l’instar de ce que l’on peut voir sur les produits de Meizu. Pour revenir en arrière, il suffit de toucher le capteur en bas de l’appareil. Pour revenir à l’accueil, il faut cliquer dessus tandis qu’un appui long affichera l’ensemble des fenêtres ouvertes. Enfin, un double-clique permet d’accéder directement à application en particulier. Par défaut, ce geste ouvre les paramètres.

Si vous n’êtes pas un adepte de ce système de navigation, rassurez-vous l’Elephone S7 permet d’opter pour des boutons logiciels. En outre, vous pouvez également activer des gestes intelligents. Grâce à ces derniers, vous pourrez lancer l’appareil photo à n’importe quel moment en posant cinq doigts sur l’écran. Il est également possible de réaliser une capture d’écran, ou de gérer le volume en faisant glisser deux ou trois doigts sur la face avant du smartphone — pratique si vous cassez vos boutons sur le côté.

D’ailleurs, les captures d’écran de ce test ont été faites de cette manière, car cela fonctionne plutôt bien. Enfin, on note quelques petites fautes de Français par-ci, par-là, qui décrochent souvent un sourire moqueur.

 

Photo : qualité inégale

Le capteur de 13 mégapixels de l’Elephone S7 est moyen. Il n’est pas catastrophique, mais ne comptez pas dessus pour réaliser de superbes clichés. Son principal point faible réside dans sa difficulté à gérer l’exposition, trop souvent mauvaise.

Globalement, vous ne vous arracherez pas les cheveux en utilisant ce smartphone pour prendre des photos si la qualité optimale n’est pas ce que vous recherchez. Cependant, les amoureux de l’image peuvent passer leur chemin sans se retourner.

La balance des blancs semble parfois faussée. Quant au niveau de détails, je l’ai trouvé assez aléatoire, mais globalement ce n’est ni très bon, ni trop mauvais. Notons tout de même que l’appareil photo semble s’en sortir assez bien sur les objets rapprochés, dans des conditions optimales. Mais cela ne permet pas d’effacer l’impression générale d’irrégularité de l’appareil photo.

Dans des conditions difficiles, en pleine nuit, inutile d’essayer de lui trouver des qualités, l’appareil photo est très mauvais.

.

Des performances correctes

L’Elephone S7  embarque un MediaTek Helio X20 (MT6797) cadencé à 2 GHz. Ce SoC intègre un CPU à 10 cœurs, capable de passer à 8 quand il chauffe. Le modèle que nous avons testé bénéficiait de 4 Go de RAM (pour 64 Go d’espace de stockage). Sachez que le terminal se décline aussi en 2 et 3 Go — ainsi que dans des dans des versions de 16 et 32 Go d’espace de stockage.

À l’usage au quotidien, le smartphone se révèle plutôt efficace, mais il lui est arrivé de ralentir à quelques reprises — il a notamment bugué deux fois en une semaine en ouvrant le Google Play Store. Sur les jeux, j’ai pu m’amuser pendant plusieurs heures en profitant d’une expérience assez satisfaisante, malgré quelques ralentissements très occasionnels.

 Elephone S7Honor 6XXiaomi Redmi Note 4
SoCHelio X20Kirin 655Helio X20
AnTuTu 6.x56 923 points56 740 points81 632 points
PCMark4 738 points4 998 points4 758 points
3DMark Ice Storm Unlimited General8 298 points11 896 points13 765 points
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics8 361 points11 483 points15 222 points
3DMark Ice Storm Unlimited Physics8 083 points13 612 points10 310 points
GFXBench (Manhattan offscreen / onscreen)12 / 15 FPS7,8 / 8,4 FPS12 / 13 FPS
GFXBench (T-Rex offscreen / onscreen)21 / 25 FPS19 / 19 FPS20 / 23 FPS

Au niveau des benchmarks, les scores de l’Elephone S7 n’ont pas à rougir comparé à ceux du Honor 6X (même gamme de prix), ou du Xiaomi Redmi Note 4 (même SoC, cadencé à 2,1 GHz). Il ne se démarque cependant pas non plus, même si l’on peut voir un taux de FPS relativement bon sur les GFXBench. Ces résultats sont plutôt en phase avec ce que j’ai pu observer personnellement.

 

Une autonomie dans la moyenne haute

Avec une batterie de 3 000 mAh, l’Elephone S7 n’est pas le smartphone le plus endurant du marché. Néanmoins, il est aussi très loin d’être le pire. Il peut être utilisé relativement intensivement pendant environ une journée et demie sans être branché. Son autonomie est donc assez satisfaisante, sans être sa grande qualité non plus. Notez que le terminal se recharge via un port micro USB, ce qui commence à être de plus en plus dépassé par rapport au Type-C.

Comme à chaque fois, nous avons soumis le téléphone à notre exercice d’autonomie. Ce dernier consiste à à régler la luminosité de l’écran à 200 cd/m2  puis de lancer une vidéo, toujours la même, sur YouTube, pendant une heure. L’Elephone S7 a perdu 14 % de batterie. Ce score le situe dans une bonne moyenne.

Autonomie Elephone S7

Benchmark

  • Elephone S7 86
  • Xiaomi Redmi Note 4 85
  • Honor 6X 86

Nous notons en effet qu’il fait un peu mieux que le Redmi Note 4 avec lequel il partage le même SoC et la même diagonale. Cependant, le téléphone de Xiaomi dispose d’un accumulateur dont la capacité de 4 100 mAh est bien plus élevée celle de l’Elephone S7. Ce dernier rend ainsi une copie plus qu’honorable.

 

Réseau et communication

Mon opérateur téléphonique n’utilise pas la bande 700 MHz, par conséquent je n’ai pas ressenti de problème en termes de connexion. Mais il faut tout de même savoir que, à l’instar de beaucoup de produits en provenance de l’Empire du Milieu, l’Elephone S7 ne supporte pas cette bande de fréquence.

Hormis celle-ci, il est compatible avec toutes les bandes françaises. Quant aux conversations téléphoniques, elles se sont toutes déroulées sans problème.

Prix et disponibilité

L’Elephone S7 n’est disponible officiellement qu’en Chine. Il vous faudra donc le faire importer pour pouvoir l’importer. Sur Gearbest, la version 3 Go + 32 Go peut être achetée à 207 euros. La version à 4 Go + 64 Go est disponible à 236 euros. Notez que de fréquentes réductions ont souvent lieu et vous trouverez sans peine des tarifs à moins de 200 euros.

Enfin, je précise que la boîte que l’on a reçue contenait une fine protection d’écran ainsi qu’une coque en plastique. Des outils idéals pour fournir de bonnes défenses à votre Elephone qui, rappelons-le, est sensible aux rayures.

Leave a Reply