Nintendo Switch : les caractéristiques techniques en détails

Naturellement, nous nous sommes intéressés un peu plus aux choix technologiques de Nintendo. Voici donc les caractéristiques de la Nintendo Switch en détails.

Tableau de caractéristiques

Nintendo SwitchCaractéristiques
SoCCPU 4 x ARM Cortex-A57
GPUNVIDIA Maxwell, à priori un Tegra X1
Display6,2 pouces en définition 1280x720p et technologie LCD
Autonomie2,5 à 6,5 heures
Stockage32 Go NAND + microSDXC
I/OUSB Type-C
Date de sortie03/03/2017
Prix de lancement329,99 euros

 

 

Processeur

Nous nous avançons un peu avec le SoC. Aujourd’hui, il est fort probable que la solution choisie par Nintendo soit le Tegra X1, le même que l’on retrouve sur la Shield TV. Nous n’avons pas encore eu de confirmation, NVIDIA évoque « (…) the same architecture as the world’s top-performing GeForce gaming graphics cards » sur son blog. Cela pourrait nous faire penser à l’architecture Pascal, et donc s’attendre à une solution NVIDIA Tegra X2 « Parker » (plutôt Tegra P1) que l’on retrouve aujourd’hui dans l’automobile.

Eurogamer croit fermement que le SoC est un Tegra X1 –  CPU ARM Cortex-A57 (20nm) et GPU Maxwell GPU. C’est également notre hypothèse la plus crédible, la Nintendo Switch est une console qui devait sortir initialement en septembre 2016, et le Tegra « Parker » est nul part à l’heure actuelle (peut-être un ou deux modèles de voitures connectées).

Mais nous avons encore des soupçons, rien n’a été clairement annoncé par Nvidia, ni par Nintendo. Nous n’avons pas d’information sur la quantité de RAM.

 

Ecran

Comme nous le soupçonnions, Nintendo a fait le choix d’une dalle de 6,2 pouces en définition HD (1280 x 720 pixels) et en technologie LCD. Un choix étrange, étant donné que la très grande majorité des smartphones et tablettes à plus de 200 euros tournent au moins en définition Full HD.

La plupart des jeux de la Nintendo Switch tournent en HD lorsque la tablette est débranchée de son socle, ce qui semble normal, et en 900p lorsque la tablette est positionnée sur sa station d’accueil et branchée à une TV. D’ailleurs, la sortie HDMI est capable de sortir du Full HD (1920 x 1080 pixels), ce qui sera particulièrement utile sur les vidéos YouTube ou sur l’application Netflix, qui n’a pas encore été annoncée.

 

Stockage, connectiques et autonomie

Pour le stockage, la console proposera un stockage extensible. 32 Go (probablement eMMC) est intégré à la console, tandis que la machine peut également voir son stockage disponible étendu grâce au slot de cartes microSDXC, Il y a aussi une fente de carte de jeu séparée, pour les jeux vendus sur supports physiques. De ce point de vue là, on se rapproche d’une Nintendo 3DS, par exemple.

La connectique de la tablette et du rechargement des manettes est de l’USB Type-C, vous n’allez pas être obligé de débourser plusieurs dizaines d’euros pour acheter les accessoires officiels de Nintendo.

Les ports USB de la station de travail ne sont compatibles qu’avec la norme USB 2.0. D’ailleurs, il serait également possible de brancher des supports de stockage externe comme un disque sur, selon certaines sources (jusqu’à 2 To). La connexion entre la tablette et Internet se fera en WiFi, il sera néanmoins possible de connecter un adaptateur Ethernet à la station d’accueil via l’USB.

Concernant l’autonomie, Nintendo a évoqué 2,5 à 6,5 heures, ce qui est une fourchette très large. En mobilité avec Zelda, il faudra s’attendre à environ trois d’autonomie. Les estimations d’autonomie ne sont pas évidents, car cela dépend de beaucoup de critères différents : consommation énergétique du CPU et du GPU, luminosité de l’écran, accessoires branchés et ainsi de suite. D’ailleurs aucune information sur la capacité de la batterie n’a été donnée, nous ne connaissons que le poids de la console : environ 300 grammes. C’est beaucoup plus lourd qu’un smartphone de 6 pouces (jusqu’à 200 grammes) et c’est autant qu’un iPad Mini (plus ou moins 300 grammes en fonction des versions WiFi ou 4G LTE).

 

Manettes et accessoires

Nintendo a également prévu deux manettes détachables sur la console, les Joy-Cons. En plus d’être le principal mécanisme de contrôle de la console, les Joy-Cons sont en fait beaucoup plus sophistiquées que Nintendo laissait l’entendre. En termes de contrôles, chaque Joy-Con propose 4 boutons, un gros bouton de type languette, un stick analogique, ainsi que plusieurs boutons à l’intérieur. Ces manettes ont été prévues pour être utilisées ensemble , mais aussi séparément. Séparées, il suffit d’imaginer les Joy-Cons comme des versions miniatures de la manette SNES avec un stick analogique à la place du D-Pad.

Le Joy-Con de droite contient un lecteur NFC pour s’appareiller avec les amiibo, ainsi qu’une caméra infrarouge à détection de mouvements. Ce qui permet à ces Joy-Cons d’être utilisées comme des Wiimote, elles utilisent également un gyroscope ainsi qu’un accéléromètre, et vont permettre ainsi d’utiliser des mouvements dans les jeux vidéo.

 

Pour rappel, la Nintendo Switch sera disponible le 3 mars prochain, à un prix de 329,99 euros, elle est également en pré-commande dans plusieurs commerçants.

À lire sur FrAndroid : Nintendo Switch : 7 réponses que l’on attendait vraiment avant la sortie de la console de jeu japonaise

Leave a Reply